ACTUALITES :     16 février 2018 : signature de la convention avec la Croix Rouge Insertion et la com. com. Plateau de Caux-Doudeville-Yerville pour la création d'une filière de réemploi à la déchèterie d'Yerville     21 décembre 2017 : adoption du Programme Local de Prévention des Déchets Ménagers et Assimilés (PLPDMA) du Pays de Caux


La gestion du Smitvad n’est pas un long fleuve tranquille

Pour paraphraser la réclame d’un célèbre magasin parisien « Il se passe toujours quelque chose au Smitvad ! ». Pendant des années, il a fallu rattraper les errements de gestion des structures passées, les traduire en équipements de terrain, gérer des relations compliquées avec différentes collectivités, pacifier et rendre intelligentes les relations avec les services de l’Etat et construire l’avenir du traitement des déchets en Pays de Caux central. Les années se sont donc succédées avec divers soucis : administratifs, financiers, techniques et réglementaires. De toutes ces épreuves, le Smitvad s’est acquitté honorablement. 
C’était sans compter sur le chaos que des dispositifs législatifs mal finalisés, en l’occurrence, la loi NOTRe, pouvaient induire. Depuis le 1er janvier 2017, plusieurs milliers de tonnes annuelles manquent à l’E’Caux Pôle de Brametot et à ce jour, sur les dix-sept ans restant de la DSP, 5 millions d’euros manqueraient à l’appel ! Comment faire et que faire ?
Aujourd’hui, toutes les démarches et procédures raisonnablement et potentiellement pertinentes sont initiées et cela dans un contexte d’ouverture :
- Le Smitvad est en procédures judiciaires au Tribunal Administratif pour recouvrir après des collectivités sorties ses dus,
- Le Smitvad, à travers les états généraux de la méthanisation, se présente au niveau national comme un élément structurant et d’avenir de la méthanisation,
- Le Smitvad s’est inscrit dans le cadre opérationnel du plan régional de traitement des déchets.
- Le Smitvad a ouvert, grâce à l’étude 3S, un chantier de travail et de réalisations communes avec le Sevede et le Smédar auquel les collectivités compétentes en collecte devront être associées.
Je nous souhaite donc bon courage et plein succès dans nos démarches

Jean-Jacques DEMARES